Le Forum de l’Education Kesako ?

L’intention de ce forum est de :
– donner de la visibilité à des actions déjà existantes mais peut être encore trop peu connues à une large échelle
– promouvoir des pratiques, outils, découvertes innovantes en matière d’éducation
– rassembler les acteurs éducatifs et créer du lien
– semer des graines de joie et de bien vivre-ensemble
https://printempseducationlille.wordp…
http://printemps-education.org/

Les 23 et 24 avril 2016 a eu lieu la 3ème édition dans la métropole lilloise (à Mons en Baroeul). Ces deux journées ont réuni près de 2000 personnes (parents, enseignants, professionnels de l’enfance, enfants…) œuvrant au quotidien pour un renouveau de l’éducation, qu’il soit en milieu scolaire, familial, social, para-médical, etc.

Puisque je n’ai pu participer au Forum , j’ai pris ma casquette de journaliste en herbe et je suis partie interviewé celles et ceux qui ont participé.

1/Les organisatrices

Marjorie Danna de Com and Cit et Veronique Peterlé facilitatrice enthousiaste font partie de l’organisation. Pour sentir l’ambiance de ces 2 jours de forum et écouter l’interview de Marjorie et Véronique c’est sur la Vidéo sur le Printemps de l’Education

Article de la Voix du Nord A suivre l’ interview des participants (conférenciers, stands, ateliers)…et celles des participants (parents, enfants, enseignants) !

Octobre 2015. Une semaine dans le désert.

J’étais curieuse de vivre un temps dans le désert. J’ai répondu à l’appel à un moment de ma vie où le Sophie désertbesoin de faire silence s’est fait sentir. Le mot désert rimait alors avec vide, solitude, sobriété, aridité,immensité, …

Quelle ne fut ma surprise, lorsqu’au premier matin de notre marche, je découvrais le paysage au-delà de la dune qui nous en préservait ! Le bleu du ciel et l’ocre du sable était comme une main tendue, nous invitant à lâcher prise. Fanny nous avait demandé de parcourir ces premiers kilomètres sans parler. Ce fut tout d’abord ressenti comme une immense frustration. Les mots abondaient devant une telle beauté. Comme toute expérience nouvelle, j’avais besoin de partager tout de suite. Le partage de nos émotions n’en fut que plus intense lorsqu’après le repas, nous nous sommes raconté « notre désert ». Le désert est passé par tous mes pores et a éveillé tous mes sens. La notion du temps est devenue secondaire. J’ai marché avec mes yeux, mes oreilles, mon nez, ma peau. Je suis entrée progressivement et entièrement dans le désert. J’ai accepté de recevoir sans vouloir, sans attendre.

Je n’étais pas seule. Les chameliers, Fanny et les compagnons de voyage ont favorisé cet abandon du négatif et de tout ce qui pollue l’unification de notre Etre au quotidien. Je me suis sentie Une avec eux.

Matin et soir, Fanny nous proposait une séance de sophrologie. J’ai aimé écouter sa voix qui nous guidait vers l’état de sophronisation, en conscience de ce que nous sommes individuellement et plus grand bonheur.

L’équipement que les chameaux portaient pour nous était sommaire et pourtant rien ne nous a vraiment manqué. La tente dans laquelle nous avons souhaité passer la première nuit, ne fut qu’un simple abri pour nos affaires les nuits suivantes. Le toit du monde nous abritait.

Le désert aujourd’hui est synonyme de richesse, plénitude et vérité. Nul ne peut mentir dans le désert.

Une semaine à la rencontre de Soi, de l’Autre, du Vivant.

Merci Fanny, Taïeb, Mohamed, Agnès, Perrine.

Sophie

17 Mar 2016
mars 17, 2016

Voyage dans le désert en vidéo

0 Comment

18 Jan 2016
janvier 18, 2016

Ne rien faire

0 Comment
Source : Mathou / Crayon d'Humeur

Source : Mathou / Crayon d’Humeur

Ce weekend j’ai posté sur FB une image qui a été appréciée. C’est celle-ci (merci Mathou pour l’image). C ‘était le programme de mon weekend suite à une formation que je devais animer et qui a été décalée.

Ne rien faire ?

Déjà abandonner le faire…C’est pas mal. ne pas faire le tri, de rangement, de cuisine, de l’administratif, les comptes…Et j’en passe. Stop, basta, ça attendra.

Pas de programme, zéro contrainte et surtout pas d’horaires.

Alors arrive la dimension de l’être !

Je suis ce qui se présente : la fatigue du corps, l’envie de danser, regarder les nuages passer dans le ciel bleu, se reposer, lire un bouquin, balader. Profiter d’un rayon de soleil pour aller dehors ou d’une averse pour se mettre sur le canapé ! Être présente à ce qui se passe, là…

Pour ma part j’aime bien dormir, me réveiller sans réveil et écrire mes rêves, bouquiner sous la couette. Cette fois-ci j’avais décidé de jeûner. Plus de temps pour moi et des vacances pour mon intestin !

Et tout ca en y mettant du bonheur ! du plaisir, de la joie.

Et à chaque fois, en plus d’être reposée et disponible, je suis ravie des surprises qui se sont présentées.

Et vous ? comment envisagez vous un weekend, une journée, une demi journée, une heure sans rien faire ?
Et quels bénéfices en retirez-vous ?

 

26 Nov 2015
novembre 26, 2015

Tunisie moi j’y vais

0 Comment

tunisie-moijyvaisCertains vont continuer à boire des coups à la terrasse des cafés. D’autres continueront d’écouter des concerts. J’ai bien aimé cet article Moi je n’irais pas qu’en terrasse qui disait

« Ma liberté, c’est de savoir que lorsque je voyage dans un pays étranger je ne suis pas en train de le défigurer un peu plus.

C’est vivre quelque part où le ciel a encore ses étoiles la nuit.

C’est flâner dans ma ville au hasard des rues.  »

J’aime l’incitation à changer notre mode de vie (Paragraphe Ma fête) et à se rapprocher des humains plus que les biens.

 

Le site Tunisiemoijyvais lancé en mars 2015 après les attentats du musée du Bardo reste plus que jamais d’actualité. On y lit :

« Soutenir la Tunisie c’est aussi continuer à y aller.

Soutenir la Tunisie c’est soutenir les 400 000 tunisiens qui travaillent dans le tourisme et au moins autant qui en vivent indirectement.

Soutenir la Tunisie c’est soutenir tout le peuple tunisien, un peuple accueillant qui partage les mêmes convictions de liberté et de démocratie que vous.

Merci de nous soutenir, merci de venir. »

 

Moi je vous incite à voyager en Tunisie. Sinon c’est la peur qui gagne. Et vous, vous passez à côté de découvertes fabuleuses, de rencontres souriantes, de pâtisseries succulentes, …