17 Mar 2016
mars 17, 2016

Voyage dans le désert en vidéo

0 Comment

18 Jan 2016
janvier 18, 2016

Ne rien faire

0 Comment
Source : Mathou / Crayon d'Humeur

Source : Mathou / Crayon d’Humeur

Ce weekend j’ai posté sur FB une image qui a été appréciée. C’est celle-ci (merci Mathou pour l’image). C ‘était le programme de mon weekend suite à une formation que je devais animer et qui a été décalée.

Ne rien faire ?

Déjà abandonner le faire…C’est pas mal. ne pas faire le tri, de rangement, de cuisine, de l’administratif, les comptes…Et j’en passe. Stop, basta, ça attendra.

Pas de programme, zéro contrainte et surtout pas d’horaires.

Alors arrive la dimension de l’être !

Je suis ce qui se présente : la fatigue du corps, l’envie de danser, regarder les nuages passer dans le ciel bleu, se reposer, lire un bouquin, balader. Profiter d’un rayon de soleil pour aller dehors ou d’une averse pour se mettre sur le canapé ! Être présente à ce qui se passe, là…

Pour ma part j’aime bien dormir, me réveiller sans réveil et écrire mes rêves, bouquiner sous la couette. Cette fois-ci j’avais décidé de jeûner. Plus de temps pour moi et des vacances pour mon intestin !

Et tout ca en y mettant du bonheur ! du plaisir, de la joie.

Et à chaque fois, en plus d’être reposée et disponible, je suis ravie des surprises qui se sont présentées.

Et vous ? comment envisagez vous un weekend, une journée, une demi journée, une heure sans rien faire ?
Et quels bénéfices en retirez-vous ?

 

26 Nov 2015
novembre 26, 2015

Tunisie moi j’y vais

0 Comment

tunisie-moijyvaisCertains vont continuer à boire des coups à la terrasse des cafés. D’autres continueront d’écouter des concerts. J’ai bien aimé cet article Moi je n’irais pas qu’en terrasse qui disait

“Ma liberté, c’est de savoir que lorsque je voyage dans un pays étranger je ne suis pas en train de le défigurer un peu plus.

C’est vivre quelque part où le ciel a encore ses étoiles la nuit.

C’est flâner dans ma ville au hasard des rues. ”

J’aime l’incitation à changer notre mode de vie (Paragraphe Ma fête) et à se rapprocher des humains plus que les biens.

 

Le site Tunisiemoijyvais lancé en mars 2015 après les attentats du musée du Bardo reste plus que jamais d’actualité. On y lit :

“Soutenir la Tunisie c’est aussi continuer à y aller.

Soutenir la Tunisie c’est soutenir les 400 000 tunisiens qui travaillent dans le tourisme et au moins autant qui en vivent indirectement.

Soutenir la Tunisie c’est soutenir tout le peuple tunisien, un peuple accueillant qui partage les mêmes convictions de liberté et de démocratie que vous.

Merci de nous soutenir, merci de venir.”

 

Moi je vous incite à voyager en Tunisie. Sinon c’est la peur qui gagne. Et vous, vous passez à côté de découvertes fabuleuses, de rencontres souriantes, de pâtisseries succulentes, …

23 Nov 2015
novembre 23, 2015

L’association Astrée

0 Comment

projet-college

Astrée, association reconnue d’utilité publique, a depuis 1987 pour vocation de restaurer le lien social et/ou de contribuer à son maintien par un accompagnement individualisé spécifique. L’association est présente à Paris, Lille, Lyon, Mâcon, St-Etienne, Marseille, Aix-en-Provence, Montpellier, Toulouse, Bordeaux, Nantes et Rennes.

Plusieurs actions :

  • l’accompagnement : cette action vise à mettre en relation une fois par semaine une personne en souffrance, rencontrée au préalable par le référent de l’association, et un bénévole formé aux méthodes de l’écoute relationnelle. Cette méthode unique d’accompagnement individualisé a pour objectif de rompre l’isolement des personnes fragilisées en les laissant s’exprimer sans jugement ni interférence. Ce processus efficace leur permettra à la fois de retrouver la confiance et les forces nécessaires pour conduire leur vie et évoluer vers un mieux-être.
  • les formations :  Astrée s’adresse aux professionnels du monde associatif pour leur donner les clés de l’écoute relationnelle. Les bénévoles des associations s’appuieront sur cette méthode unique pour répondre aux besoins de leurs bénéficiaires.
  • les actions spécifiques dont celle du collège qui me tient à coeur : le projet “Attentifs aux autres” où un niveau de classe est sensibilisé à l’aide relationnelle. Je suis d’ailleurs bénévole dans ce projet sur la métropole lilloise.

Astrée lance une campagne de financement participatif. MERCI de votre aide !

college

 

Par quoi commencer pour rendre l’intensité de cette expérience ?

D’abord la joie. Et la fierté d’avoir vécu, partagé une semaine telle que je l’avais imaginée. De vivre et en même temps de voir se réaliser LE voyage que j’avais conçu. De pratiquer, de partager, de transmettre la sophrologie telle que je la vis. Je m’émerveille encore, 15 jours après notre retour, devant cette réussite.

Ensuite ? Les échanges forts, authentiques, les rires, les paroles et les cœurs ouverts, la complicité. Un petit groupe constitué de femmes et de chameliers : un vrai lien humain s’est forgé au fil des jours, des marches, des temps de repas, des soirées autour du feu. Que ce fut intense (et si simple) de se parler, de se regarder, de manger, de marcher, de dormir, de dessiner, de chanter, de s’émerveiller, de s’écouter, de danser, …ou de rester ensemble en silence !
Et ce lieu ! Que de variétés de déserts au fil de notre marche (60 kms dans la semaine). Végétation abondante ou désert aride, coin d’oasis ou buissons épineux, palmier isolé ou palmeraie, dunes vertigineuses ou sol quasi plat, sable incroyablement fin, toujours. Les oiseaux au réveil, mouches, scarabées et lézards à midi, fourmis parfois,…et ceux dont on a vu les traces (fennec, chacal) et -je vous rassure- pas de scorpion (il faisait trop froid ! 35° quand même certains jours).
Quelles lumières aussi ! Variétés de ciels, de bleus, de blancs, variétés de soleil sur les dunes, qui dessinent des vagues sur le sable. Lumière la nuit aussi car c’était la pleine lune. Eblouis 24h sur 24.

Je suis :
pleine de gratitude pour la Tunisie qui nous a accueilli avec un vrai sens du partage, de la solidarité, du vivre ensemble et toujours avec le sourire.
pleine de gratitude pour ces femmes qui m’ont fait confiance en me suivant (presque) au bout du monde, loin de leurs quotidiens. Ces femmes ont osé s’accorder du temps, dépasser leurs peurs, écouter leurs corps et leurs respirations, ont osé partager émotions et ressentis. Un lien tout particulier s’est créé avec chacune d’entre elles.
Pleine de gratitude pour Mohamed et Taieb qui ont su être présents avec discrétion, pour leur cuisine délicieuse, leurs explications sur les coutumes, leurs chants et le rythme du tabourin le soir autour du feu, leur simplicité, …
Pleine de gratitude aussi pour vous qui m’avez encouragé, soutenu, vous qui parfois avez partagé votre étonnement devant ma force, mon courage et votre envie très grande de « le faire un jour ». Ca me booste de vous sentir derrière moi, prêts à vous embarquer dans l’aventure !desert-octobre-2015
Et pleine de gratitude pour moi ! J’ai réalisé ce que mes tripes voulaient depuis 1 an. Ça y est, la sophrologue voyageuse que je suis est née.